Rock et cinéma

Sortez les guitares !

Artwork par Jeff Callec

Existe-t-il dans le vaste champ du septième art un mouvement musical plus important encore que le rock ? Comment s'est traduit la filiation entre rock et cinéma depuis ses débuts à la fin des années 1940 ? 

 

L'origine du rock

À l'origine du rock'n'roll il y a le « rhythm and blues », un mouvement musical émergent de la communauté afro-américaine. Autrefois, on l'intitulait même « race music », mais jugé péjoratif on préféra le remplacer à l'aube des années 50. Le rhythm and blues, c'est l'histoire d'une Amérique jonchée par la migration et les inégalités sociales et qui trouvent dans ce style musical hétéroclite où guitare électrique et saxophone ne font plus qu'un, un instant de liberté. Parmi ses artistes légendaires : Count Basie, Lonnie Johnson ou encore Cab Calloway. À vrai dire, c'était en soi déjà du rock'n'roll, il a juste pris un nom différent pour se distinguer de la communauté afro-américaine. Époque oblige. Louis Jordan et Rosetta Tharpe prennent la main sur ce style unique, le « rockabilly » débarque sur les ondes et un jeune premier nl'ommé Elvis Aeron Presley fait ses débuts à Memphis. L'échiquier est en place, l'histoire de la musique assiste aux premières lueurs d'une période glorieuse.

 

À la scène comme à l'écran

1954. Marlon Brando fait vombrir le moteur de sa Triumph Thunderbird, vêtu de son blouson de cuir, béret en place et prêt à forger pendant longtemps l'imagerie rock, l'acteur impose un style avec L'équipée sauvage. Et si d'autres cinéastes ont insufflé la mouvance rock dans leur film à l'image de Richard Brooks dans Graine de violence, les rockstars ne sont jamais bien loin des salles obscures pour figurer ou même prendre la tête d'affiche. Vous n'aviez pas l'occasion d'assister à un concert du King ? Rendez-vous au cinéma ! On pense forcément à cette relation incroyable avec Hollywood avec à son actif plus d'une trentaine de productions, on retiendra en particulier Le Rock du bagne, Les Rôdeurs de la Plaine ou encore L'Amour en quatrieme vitesse. En Europe, quatre garçons dans le vent provoquent l'hystérie et profitent de leur popularité pour se mettre en scène, notamment dans l'incontournable Hard Day's Night.

 

L'esthétique rock

Si le rock n'est pas encore mort, son âge d'or s'est incliné au profit d'une musique plus populaire, mais son héritage se perpétue au cinéma à travers une mise en scène et une esthétique « rock ». Il y a tant de films catégorisés « rock » qu'il serait difficile de les regrouper, mais citons peut-être les plus mémorables : Easy Rider, The Blues Brothers, Pink Floyd : The Wall, Phantom of the Paradise ou encore Sweetback's Baadass Song du côté de la blaxploitation. Les films rock ne sont donc pas nécessairement musicaux, ou d'usage à revendiquer une bande-son rock, mais on continue encore à jouer avec ses codes, à les assumer en fin de compte. C'est un cinéma qui puise dans l'énergie folle de ce mouvement musical afin de dynamiter la mise en scène. Si cette époque est révolue, la fascination reste intacte, en effet on ne compte plus le nombre de biopics consacrés à des artistes emblématiques : Nowhere Boy, Bohemian Rhapsody, Les Runaways ou encore Walk the Line pour ne citer qu'eux...

 

Cette semaine, The Film Society revient sur 7 films "rock" marquants.

 

Proposé et rédigé par Thibault Juilliart