Round N°2... Fight !

Artwork par Andrew McGranahan

2020 sera décidément une année marquée par le confinement. Et en cette période particulière, l’idée d’aborder la thématique du huis clos au cinéma sonne comme une évidence.  

Procédé qui puise son essence dans le milieu théâtral, le huis-clos est très rapidement utilisé au cinéma ce qui vient complexifier l’écriture scénaristique. Rappelons que le cinéma est un art du mouvement : l’unité de temps, de lieu et d’action n’est que rarement respectée et c’est ce qui en fait la force de cet art. 

Mais très rapidement un grand nombre de réalisateurs et réalisatrices ont démontré que tourner un film en huis-clos était bénéfique pour le scénario ainsi que pour le développement de la palette des caractères et émotions de leurs protagonistes. Le huis-clos est fondamentalement ce qui unit le cinéma et le théâtre. Après tout, "huis" vient de l'ancien français signifiant "porte" d'où le vocable "huisserie" pour désigner l'encadrement des portes et des fenêtres.

Alors que se passe-t-il lorsque toutes les portes et les fenêtres se ferment complètement autour de plusieurs personnages d’une même famille, d’un cercle d’amis, ou parfois même des personnes qui viennent juste de se rencontrer ? C’est cette spécificité du huis-clos que nous allons aborder cette semaine. 

Lorsqu’un sujet précis ou non donne le point de départ d’une dispute, cette dernière va amener progressivement vers un conflit. C’est alors que chaque protagoniste devient un pion essentiel de l’intrigue. L’écriture scénaristique doit être précise pour permettre l’évolution exponentielle du conflit vers une issue, une sortie, une fuite vers l’extérieur. 
Le conflit d’émotions en huis-clos, c’est cette véritable cocotte minute sous pression qui, parfois, peut demander au spectateur un effort puisqu’il est lui aussi enfermé dans une salle de cinéma, dans son salon, ou dans toute autre pièce pour visionner le film. Si le spectateur ressent un manque d’espace persistant, c’est sans doute que le “film huis-clos” est réussi. 

Le lieu dans lequel se déroule l’action du film a une importance capitale. On pourrait presque dire qu’il est un personnage à part entière. Terrain connu pour des amis qui reçoivent à dîner chez eux ou zone de confort pour des parents annonçant quelque chose à leurs enfants, le lieu peut aussi être un ennemi en provoquant l’origine du conflit par le rappel de mauvais souvenirs qui remontent à la surface. 

Cette semaine, The Film Society vous conseille donc 7 films qui disposent d’une forte mise en scène, de dialogues percutants, d’une violence conflictuelle exponentielle allant jusqu’à un climax qui vient constituer l’unique moment où le spectateur peut souffler après avoir été lui aussi enfermé avec les personnages. 

Mensonges, trahisons, révélations, annonces, secrets, désaccords, le conflit en huis-clos dans le cinéma nous représente les émotions et sentiments de protagonistes à travers le reflet d’une société confinée. Plus que jamais d’actualité.

Proposé et rédigé par Elise