Vos exclus d'Avril

Nouveau sur Shadowz

Qui dit fin du mois, dit exclusivités Shadowz ! On garde le rythme avec 2 bobines inédites débusquées pour le plaisir de vos rétines !  Entre le poème redneck macabre et le huis clos dystopique, votre weekend s'annonce horriblement génial.

 

HONEYDEW

Des désirs étranges et des hallucinations s'emparent d'un jeune couple après avoir cherché refuge dans la maison d'une fermière vieillissante et de son fils... très singulier. 

Avec ce premier long, Devereux Milburn décide de s’aventurer dans l’Amérique profonde, celle peuplée de rednecks peu recommandables hantant les murs de bicoques miteuses. S’il ne fut pas le premier à s’aventurer dans ces terres cinématographiques rurales, il est évident que le Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper a posé les bases « populaires » de ce cinéma d’horreur à tendance consanguine. Miracle, le film de Devereux Milburn se démarque suffisamment pour ne pas tomber dans, au pire, la redite soporifique, au mieux, l’hommage honnête. Avec son regard contemporain et son esthétique aussi élégante que poisseuse, Honeydew transpire la personnalité unique de son réalisateur. 

Soucieux de créer une ambiance de malaise grandissante, le cinéaste pense chaque élément de son film (mise en scène, BO, montage, sound design…) comme autant de rouages d’une machine glauque inarrêtable. Imaginez la scène du dîner de Massacre à la Tronçonneuse étirée sur 1h30, et vous aurez une première idée de ce que propose ce trip redneck ô combien malsain. Côté casting, Sawyer Spielberg (fils de Steven) et Malin Barr campent un couple dysfonctionnel saisissant face à une Barbara Kingslay parfaite en vieille fermière supposément sénile. Et pour les fans de la série Girls (on sait que vous êtes là), accrochez-vous, vous ne verrez jamais plus Lena Dunham du même œil.

Voir le trailer ici

 

INTERVIEW DEVEREUX MILBURN

Le réalisateur de Honeydew revient sur la conception de son film, ses inspirations et moult détails. Plongez dans l’esprit d’un nouveau cinéaste à surveiller de très près. 

Voir le trailer ici

 

AWAIT FURTHER INSTRUCTIONS

Repas de Noël classique chez les Milgram, avec son lot de tensions à peine larvées. Des bruits métalliques se font entendre. La famille se rend compte qu’elle est bloquée à l’intérieur de la maison, les portes et fenêtres obstruées par une mystérieuse matière noire. Sur l’écran de télévision, un message : "Attendez vos instructions".

Vous vous souvenez de l’ancien monde ? Avant cette saleté de pandémie, Await Further Instructions faisait sa petite tournée de festivals, semant sur son passage son irrévérence et son efficacité ravageuse. Le comble, c’est que le film était, en bien des aspects, annonciateur de la situation actuelle. Une famille confinée poussée à suivre aveuglément les instructions venant du téléviseur et à s’injecter des doses de vaccins contre un mal inconnu… En termes de prophétie diabolique, ça se pose là.

Avec ses airs de Black Mirror et de La Quatrième DimensionAwait Further Instructions est donc un huis clos tendu et malin, parfait exemple de série B décomplexée mais intelligente, où l’horreur vient autant d’une menace extérieure que des rancœurs accumulées entre =les personnages. Johnny Kevorkian est donc un cinéaste que l’on aurait adoré découvrir plus amplement, mais qui s’éteindra malheureusement tragiquement et prématurément en 2020.

Voir le trailer ici

 

RETOUR SUR LE BIFFF 2021 AVEC AZZ L'EPOUVANTAIL

Notre cher ami Azz revient sur le Festival international du film fantastique de Bruxelles, qui vient de clore son édition 2021 entièrement en ligne.

Voir la vidéo ici