120 Battements par minute

Robin Campillo, 2017

Militantisme / Violence / LGBT / Homosexualité / Cinéma Européen / Cinéma Français / VIH / Séropositif


Paris, début des années 90, les militants d'Act Up Paris se mobilisent pour lutter contre l'indifférence générale. Parmi eux Sean, dévoué corps et âme à l'association.

Robin Campillo, ex-militant du groupe Act Up signe avec 120 Battements par minute un film coup de poing, le témoignage franc et direct d'une décennie touchée par deux maladies : le VIH et l'ignorance. Dans cette chronique de près de deux heures et vingt minutes, la tension ne retombe jamais grâce à une distribution sans fausse note, mention toute particulière pour Nahuel Pérez Biscayart dont la sensibilité dans le jeu d'acteur le hisse directement comme la nouvelle révélation masculine du cinéma français. Au-delà des hurlements et des giclées violentes de peinture rouge, le cinéaste derrière Les Revenants et Eastern Boys instaure avec le titre Smalltown Boy du groupe Bronski Beat des instants de léthargie où des corps en mouvement, dans l'assoupissement des manifestations ne font qu'un tel le calme avant la tempête.

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

Pas de critiques pour le moment

Pas de liens pour le moment