1917

Sam Mendes, 2020

Intense / Cinéma Américain / Palpitant / Première Guerre Mondiale / Plan-séquence


Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.

D’après les témoignages de son grand-père, vétéran de la première guerre mondiale, Sam Mendes réalise un film de guerre unique, ne ressemblant à aucun autre. En jouant avec les codes du genre, il bouscule le spectateur et s’amuse à créer des illusions. La plus remarquable est bien évidemment celle du « faux plan séquence », ou plus exactement des deux « faux-plans séquence ». Extrêmement bien maîtrisé, cette volonté de monter un film sans « coupure », dans sa continuité, renforce l’angoisse et le suspense terrifiant crée par le sujet principal du film : la mission que doivent mener les deux soldats Schofield et Blake, malgré une menace toujours présente. Si Sam Mendès ne concentre pas son travail autour des dialogues, il va cependant développer, avec une certaine rigueur, une image, une lumière et un cadrage minutieux. La séquence la plus remarquable restera sans doute celle ou Schofield, pourchassé par un soldat allemand, se met à courir à travers des ruines sous une pluie d’explosions, de lumières et de bruits sourds. L’ambiance devient alors presque théâtrale et le déplacement du personnage principal est semblable à une chorégraphie sublimée par la musique de Thomas Newman. C’est en cela que réside la force du cinéma de Sam Mendes, mettre de la poésie et du lyrisme dans un film de guerre angoissant se déroulant sur une seule journée maudite : celle du vendredi 6 avril 1917.  

"🎬 Sam Mendes signe son film le plus personnel tiré, dit-il des souvenirs distillés par son grand-père paternel, caporal dans l’armée britannique pendant la Première Guerre mondiale. Le dispositif de Mendes s'articule autour de ce scénario et s'engage à plonger le spectateur dans l'action en ne lâchant jamais les deux protagonistes de vue, George MacKay et Dean-Charles Chapman font preuve d'une endurance remarquables. On a là une belle prouesse technique et cinématographique qui nous en met plein les yeux et nous donne l'impression d'être sur une montagne-russe. Le directeur de la photo n'est rien moins que Roger Deakins que l'on a vu à l'oeuvre notamment dans Blade Runner, Skyfall ou Fargo. Bouleversant de bout en bout, la musique épique de Thomas Newman accentue l’importance d’une oeuvre qui restera dans nos mémoires pour longtemps. 🎬"


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion
Oscars 2020 : les scénarios des nominés

Un scénario n'est-il pas le coeur d'un film ? Si vous avez envie de redécouvir sous format papier les films qui vont marquer la cérémonie des Oscars en ce début d'année, que vous soyez de …

Pas de liens pour le moment