À bord du Darjeeling Limited

Wes Anderson, 2008

Deuil / Mort / Cinéma Indépendant / Amour / Cinéma indépendant américain / Cinéma Américain / Introspection


Depuis la mort de leur père, Jack, Francis et Peter Whitman ne se parlent plus. Francis se met alors en tête de les réunir pour un voyage initiatique à travers l’Inde sur les traces de leur passé.

Si les trois frères montrent « un désintérêt total pour le monde adulte et pour la marche du monde en général au profit de seules constellations intérieures, enfantines », ils semblent flotter dans l’espace clos du train. Truffait disait : « les films sont comme des trains qui avancent dans la nuit ». À bord du Darjeeling Limited est une maison de poupée où les personnages sont prisonniers de leur passé et de leurs chimères dans un « voyage immobile ». Mélancoliques toujours, neurasthéniques parfois, pour les frères la mort de leur père prend la place d’un défunt encombrant. Ainsi, au travers du voyage, ils mettent en commun leurs faiblesses afin de conjurer la peur de l’abandon et de se « résoudre à l’état d’orphelin ». En mettant en place un montage riche d’interprétations, au rythme frénétique suspendu de longs travellings, l’auteur souligne le poids de leur passé. À bord du Darjeeling Limited est une comédie sur le deuil mais aussi et surtout sur l’amour fraternel.

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion