A Girl Walks Home Alone at Night

Ana Lily Amirpour, 2014

Cinéma Indépendant / Vampire / Cinéma Américain / Premier film / Féminisme


En Iran, dans la ville de Bad City, une vampire traque ses habitants.

Une année après le Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch, les vampires sont à la mode dans le cinéma indépendant, et ce, jusqu'en Iran. D'un noir et blanc au traitement vampirique en passant par le choix assumé de la langue persane, le premier film d'Ana Lily Amirpour combine habilement deux univers, à savoir le film de genre et le film d'auteur, sans jamais tomber dans le moindre cliché. Avec son atmosphère unique, A Girl Walks Home Alone at Night contamine les séquences les plus anodines en instant de pur poésie à l'image d'une scène où la vampire attire un jeune homme dans sa chambre dans l'espoir de lui dérober son sang, le tout sous les notes de la chanson Death révélant au passage le talent du groupe pop-rock White Lies. À la production, il n'est guère étonnant de retrouver Elijah Wood, l'adepte et fan inconditionnel du gore et de l'horreur comme en témoignent Sin City ou encore Maniac.

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

Pas d'articles pour le moment

Pas de liens pour le moment