Calvaire

Fabrice du Welz, 2005 - 1h28


Marc Stevens est un chanteur itinérant. A l'hospice, le concert est terminé. Celui-ci reprend la route, mais il tombe en panne au milieu de nulle part. M. Bartel, un aubergiste psychologiquement fragile depuis que son épouse Gloria l'a quitté, le recueille.

Articles

Pas d'articles pour le moment

À lire

▸ Critikat - Une horreur

"C’est l’histoire de Marc Stevens, jeune chanteur de charme qui, victime d’une panne d’essence en pleine forêt, se fait capturer par un aubergiste fou, persuadé de voir en Marc la réincarnation de sa femme Gloria. C’est aussi l’histoire de Fabrice du Welz, cinéaste de genre belge, bien connu des aficionados de Gérardmer et autres festivals horrifiques. Jeune réalisateur, du Welz ne tarde pas à se faire un nom avec sa « Trilogie des Ardennes », série de contes de genre dont « Calvaire » est le premier opus. Piochant dans les multiples influences de son réalisateur, « Calvaire » tient son originalité de son grain d’image si particulier, permettant de faire basculer le film du frisson tolérable à la violence brute, à la terreur viscérale. Dans « Calvaire », l’horreur est partout, elle frappe dans chaque coin d’image. Du Welz filme au premier degré des personnages ravagés, dévastés par l’amour et la passion, élans absolus qui poussent les hommes à la folie. Crasseux, rugueux, le film est d’autant plus insoutenable qu’il ne laisse d’échappatoire ni à son héros ni à son spectateur, dans une fin en feu d’artifice à la fatalité implacable. Auréolé de ce nouveau succès, du Welz se fait porte-drapeau du cinéma horrifique belge et enchaîne avec deux films dans la même veine, le sublime « Alléluia » et l’inégal « Adoration », tous deux mettant également en scène les désormais terrifiantes Ardennes belges"


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

DVD

JM Vidéo

Potemkine