Dersou Ouzala

Akira Kurosawa, 1975 - 2h22

Nature / Cinéma japonais / D'après une histoire vraie / Aventure / Hiver / Cinéma Asiatique / Contemplatif


Vladimir Arseniev, un explorateur russe, emmène ses hommes aux confins de la Sibérie pour y effectuer des relevés topographiques. Là-bas, il rencontre Dersou Ouzala, un chasseur mongol qui aidera la troupe à survivre dans une nature hostile et sublime. Entre ces deux hommes aux cultures éloignées naît un lien profond et indéfectible.  

Pour son 27e film, Akira Kurosawa plante sa caméra en plein cœur de l’Union Soviétique et adapte les récits d’exploration laissés par l’officier-topographe russe Arseniev. Un hommage à cet aventurier qui ne fut guère récompensé pour ses travaux, ayant été accusé par les dignitaires soviétiques de « collaboration avec l’ennemi » pour ses tentatives de rapprochement avec d’autres peuples. Le film est aussi une ode à la Sibérie, à la taïga, à ses immenses paysages glacés qui s’étendent à perte de vue. Dans ces contrées qui n’ont pas encore été domestiquées par la science et la technique, survivre est parfois difficile, et c’est l’ingéniosité de Dersou Ouzala, sa connaissance de la nature, et surtout l’amitié qui naîtra entre l’officier et le chasseur qui sauveront la mise à l’ensemble de la troupe. Une belle œuvre humaniste qui souligne le possible rapprochement entre les sociétés dites « modernes » et les civilisations ancestrales.  

Articles

À lire

Pas de lien pour le moment

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion