Harakiri

Masaki Kobayashi, 1962 - 2h13

Dialogue / Chanbara / Samouraï / Cinéma japonais / Cinéma Asiatique / Honneur


Le clan des li accorde une séance au rônin Hanshirô Tsugumo désirant en finir avec ses jours au moyen du seppuku (ou Hara-kiri). Mais derrière le discours d'un samouraï déchu se cache un sentiment de vengeance sur le point d'ébranler le clan li.

Hara-kiri est est un magnifique représentant du chanbara, genre cinématographique japonais marqué par les combats de sabre, cousin éloigné des films de cape et d'épée en somme. La force du long-métrage réside dans la performance de Tatsuya Nakadai qui, par sa seule présence permet de tenir en haleine un huis clos de plus de deux heures. Pour Masaki Kobayashi, Hara-kiri est l'occasion d'exprimer dans sa quintessence une fièvre plastique où, noir et blanc oblige, le flux d'hémoglobine passerait facilement pour de l'encre sur un parchemin. Historiquement, Hara-kiri est le témoin franc d'un Japon post-Hiroshima/Nagasaki où l'honneur et la fierté sont remis en question.

Articles

Pas d'articles pour le moment

À lire

▸ Libre Savoir - Harakiri de Kobayashi

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

DVD

JM Vidéo

Potemkine