La Porte de l'Enfer

Teinosuke Kinugasa, 1953 - 1h29

Chanbara / Féodal / Cinéma Asiatique / Japon / Duel / Cinéma japonais


Au XIIe siècle, au Japon, le pays est divisé par la guerre des clans. Parmi eux, dans le clan Minamoto, le guerrier Morito tombe amoureux de Kesa après lui avoir sauvé la vie. Bien que mariée, il souhaite la conquérir plus que tout.

Alors que le cinéma japonais tente de se faire une place de choix dans le septième art, La Porte de l'Enfer va marquer les débuts de la reconnaissance pour les cinéastes du pays du soleil Levant, et notamment en France. Vainqueur surprise du Festival de Cannes de 1954, grâce à l'appui déterminant de Jean Cocteau alors président du jury, La Porte de l'Enfer est un succès immédiat dans l'hexagone avec son million d'entrées. Un score hallucinant pour une production nippone à l'époque. Marqué par « les plus belles couleurs du monde » (d'après Cocteau), cette fresque historique est un mélange audacieux entre le chanbara et le drame. Du côté de Teinosuke Kinugasa, il s'agit d'une revanche suite à l'échec d'Une Page Folle, film d'avant-garde expérimental novateur sur les traces de l'expressionnisme allemand et sorti trente années auparavant.

Articles

À lire

Pas de lien pour le moment

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

DVD

JM Vidéo

Potemkine