Le Salaire de la Peur

Henri-Georges Clouzot, 1953 - 2h28

Nitroglycérine / Cinéma Européen / Cinéma Français / Palpitant / Amérique Latine


En Amérique Latine, quatre personnes sont chargées de transporter un camion rempli de nitroglycérine sur une longue distance.

À l'image de l'aventure des deux personnages principaux, la production du Salaire de la Peur était une épopée qui ne tenait qu'à un fil de par ses nombreux soucis, entre des décors non terminés censés représenter l'Amérique latine (le film a été tourné en Camargue) en passant par une interruption de sept mois ou encore, comme si cela ne suffisait pas, une météo capricieuse. Dans ce que l'on pourrait apparenter comme le « blockbuster » de Clouzot intervient l'une des séquences les plus spectaculaires de sa filmographie avec l'incendie du puits de pétrole. Des flammes gigantesques qui auraient littéralement suscité la Peur auprès des pompiers encadrant la sécurité de la scène. Toutefois, en dépit de sa folie des grandeurs, le cinéaste en profite également pour inclure ses motivations artistiques, lorgnant l'abstraction avec Charles Vanel, baignant son corps dans une mare de pétrole comme il plongerait dans de la peinture noire. Des images annonciatrices d'un Mystère Picasso l'année suivante.

"🎬 Henri-Georges Clouzot nous emmène sur les routes en piteux état, le chargement est explosif, la mission suicidaire. Le casting est de qualité : Yves Montand et Charles Vanel (palme d'or) sont au sommet de leur art. Un très grand film français où la tension va crescendo tout au long du convoi et ne se relâche que vers la fin. Les nerfs du spectateur, véritable troisième passager du camion, sont mis à rude épreuve. " Toi tu conduis et moi j'ai peur ! Crois-moi tu es à la meilleure place ! " 🎬"


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

DVD

JM Vidéo

Potemkine