Pink Floyd : The Wall

Alan Parker, 1982

Psychédélique / Aliénation / Cinéma Américain / Adaptation / Opéra-rock / Rockstar / Introspection / Folie


Pink, rockstar en perdition, érige un mur pour s'y réfugier. Très vite, son esprit commence à s'égarer.

Pink Floyd : The Wall est un cri qui transpercerait le cœur d'Edvard Munch par sa puissance. Une expérience sonore et sensorielle d'une heure et trente-cinq minutes d'anarchie, un fragment temporel à la frontière de la schizophrénie. Quatre ans après le poignant Midnight Express, Alan Parker s'attarde une fois de plus à la notion d'introspection, en effet, plus qu'un simple enchaînement de vidéo-clips inspiré du célèbre opéra-rock, le cinéaste signe un film-concept où les paroles de Roger Waters prennent vie sous nos yeux. Le compositeur voulait bâtir un mur entre le groupe et les fanatiques incontrôlables, Alan Parker l'explose pour vous happer à l'image des labiales carnivores prêtent à vous charmer et vous dévorer. De ce malaise poétique, incorporé de séquences animées virtuoses, initiés et non-initiés au groupe de rock psychédélique y trouveront leur compte. Pink Floyd : The Wall est un matériau brut et unique où la question de l'adaptation s'imbrique avec celle de la place du médium cinématographique.

Pas de commentaires pour le moment


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion

Pas d'articles pour le moment

Pas de liens pour le moment