The Grand Budapest Hotel

Wes Anderson, 2014 - 1h39

Les Peuples face au Passé / Cinéma Américain / Seconde Guerre mondiale


Durant l’entre-deux-guerres, Gustave H. est propriétaire d’un célèbre hôtel européen et engage Zero Mustafa comme « lobby boy ». A la mort de son amie, Gustave H. hérite d’une œuvre de la Renaissance d’une valeur inestimable duquel découlera un conflit.

Inspiré de l'oeuvre de Stefan Sweig, le Grand Budapest Hotel décrit la violence et les destructions qu'a commis le fascisme. Enclins à la mélancolie, Gustave H. et Zero Mustafa font face à la montée du nazisme. À l'image d'un peintre, Wes Anderson colorise avec des couleurs pastel l'image et crée par ce biais une opposition face à la violence : par ses tons roses, l'hôtel ressemble à un gâteau à la crème tout comme la forêt environnante. Si cette couleur peut faire penser au monde de l'enfance, elle entre en opposition directe avec les soldats et l'armée nazi colorisés en gris (presque une absence de couleur). Le réalisateur met à l'honneur la mélancolie qui contient selon lui une "note d'espoir" malgré la noirceur et la mort.

"🎬 Un pur Wes Anderson, un univers absolument loufoque. Créativité, loufoquerie, acteurs très bons, et une réalisation originale si caractéristique. Le film réunit un casting de rêve, Raph Fiennes est en tête, absolument irrésistible, Willem Dafoe en tueur au look de vampire, Adrien Brody en méchant, Harvey Keitel en taulard, Jeff Goldblum en avocat ou encore Edward Norton en chef de la police. Intrigue à tiroirs savamment orchestrée, retours en arrière, courses effrénées, revirement de situation, histoires d’amour. Ce film est une œuvre baroque et rappelle que l’écran est là pour nous faire entrevoir un autre monde. WONDERFUL !!! 🎬"


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour rédiger un commentaire

Inscription / Connexion Inscription / Connexion